Bebe mort oublie voiture

Bebe mort oublie voiture; Un enfant qui avait été laissé dans une voiture sur le parking d’une entreprise à Bordes, située dans les Pyrénées-Atlantiques en France, a été retrouvé décédé mercredi après-midi. L’enfant avait 14 mois. Au bout de quelques semaines seulement, Saint-Nazaire est frappée par une catastrophe assez similaire à celle qui vient de se produire.

Il est probable que le père de l’enfant, qui était employé par Safran et travaillait dans l’industrie aérospatiale, ait oublié de déposer son enfant à la crèche le matin avant d’aller travailler. Selon un communiqué rendu public par la procureure de la République de la ville de Pau, Cécile Gensac, les premières investigations indiquent que l’étouffement et la déshydratation sont les causes les plus probables de décès du petit enfant.

Bebe mort oublie voiture
Bebe mort oublie voiture

La mère de l’enfant avait donné l’alerte après s’être rendu compte que son enfant n’était pas rentré de la crèche d’Assat, une commune de la périphérie de Pau située non loin du lieu de travail du père de l’enfant, mercredi soir. A cinq heures du soir, il a été conclu que les tentatives de réanimation qui avaient été effectuées par les pompiers et une équipe du Samu qui s’étaient précipités sur les lieux au plus vite avaient été vaines. Le procureur de Pau prétend que le parking étant si vaste, personne n’y avait même remarqué la moindre perturbation. C’est selon l’accusation.

Homicide involontaire

Il fut convenu qu’une enquête en flagrant délit d’homicide involontaire serait ouverte, et la brigade de recherches de Pau-Lescar serait chargée de mener l’enquête. Les parents du nouveau-né, qui n’ont jamais été condamnés pour un crime et qui avaient déjà un autre enfant à eux, ont été amenés au centre médical de Pau alors qu’ils étaient encore en état de choc. Les parents de l’enfant avaient eux-mêmes un autre enfant. Selon Cécile Gensac, les conditions qui existent actuellement ne permettent pas la tenue d’une audition. Vendredi, une autopsie devait être pratiquée afin de déterminer les facteurs particuliers qui ont conduit au décès de l’individu.

La situation était assez semblable au drame qui s’est déroulé à Saint-Nazaire.

Dans la soirée du lundi 20 juin 2022, à Saint-Nazaire, le corps d’un enfant qui venait d’avoir 14 mois et avait été retrouvé mort dans la voiture qui appartenait à sa famille a été retrouvé. Parce que le père était tellement absorbé par son travail, il n’a pas déposé son petit enfant à la crèche et l’a plutôt oublié sur le siège arrière du véhicule. En conséquence, l’enfant a été laissé seul.

Les premiers résultats de l’enquête suggèrent que l’enfant, qui n’avait que 14 mois à l’époque, a été laissé seul dans la voiture le matin vers 10 heures, et le fait que cela se soit produit est l’un des aspects les plus préoccupants de la situation. . Les pompiers ne sont venus faire un effort vain pour le sauver qu’à 5h30 de l’après-midi. À ce moment-là, il était trop tard. Ce jour-là, la température extérieure était encore de 28 degrés, et s’il faisait sensiblement plus chaud à l’intérieur d’une voiture fermée pendant toute la journée, il faisait encore beaucoup plus frais à l’extérieur.

Dans une interview accordée à BFMTV, une avocate du barreau de Pontoise du nom de Caty Richard a offert l’appréciation suivante sur le caractère potentiel du verdict ultérieur : « Le jugement qui suivra peut-être n’est-il que symbolique, c’est-à-dire un simple aveu de culpabilité, sans conséquence.” Il est possible que le choix qui vient ensuite soit entièrement symbolique. Ils ne doivent pas être détenus par la police de quelque manière, forme ou forme que ce soit. Il n’est pas nécessaire que cela se produise. Elle précise en déclarant qu'”ils nous sont audibles conformément au régime d’audience libre”.

“Afin de satisfaire aux critères de la loi, il faut déterminer que le décès est le résultat d’un meurtre involontaire.”

Dès qu’on est dans le cadre d’un homicide involontaire, ça veut dire qu’on a tué malgré le fait qu’on n’avait pas l’intention de le faire, qu’on n’avait même pas l’intention de faire du mal. » L’avocat explique la situation afin fournir une justification suffisante de la situation difficile actuelle. Dans ces circonstances, le décès du nouveau-né est qualifié d’« accident domestique », tout comme la mort d’un enfant est qualifiée d’« accident » lorsqu’elle survient à la suite de se noyer dans une piscine.

Cependant, il y a toujours une chance que vous soyez envoyé en prison. Rappelons qu’en juin 2007, un père de famille d’une trentaine d’années a été contraint d’emmener sa fille, qui n’avait alors que 19 mois, à la crèche de la ville de Béziers, située dans l’Hérault. . Le père a oublié sa fille alors qu’elle voyageait sur le siège arrière de sa voiture alors qu’elle était garée sur le parking d’un quartier industriel alors que la température extérieure était de 27 degrés Celsius. Lorsque la mère de l’enfant est arrivée à la crèche pour récupérer sa fille en fin de journée, elle n’a pas pu la trouver, alors elle a appelé la personne qui la regardait. La petite fille est déjà partie; il est trop tard pour la sauver.

Le prévenu, âgé de 30 ans, fait face à une accusation d’homicide involontaire, qui entraînera une peine de deux ans de prison avec sursis.

Bebe mort oublie voiture

L’incapacité de ces parents à se souvenir de leur enfant soulève la question : comment cela a-t-il pu arriver ?

Il y a eu beaucoup de cas assez comparables à celui-ci, et dans chacun de ces cas, ni l’alcool ni les drogues n’ont été en cause. Dans un article écrit en anglais et publié en 2014, le neuroscientifique américain David Diamond a fourni une explication à ces tristes événements en faisant allusion à un “subconscient manquant”. Cette explication a été présentée en anglais.

Selon David Diamond, “Notre hypothèse est que le parent oublie de s’arrêter à la crèche car déposer l’enfant ne fait pas partie de sa routine ou qu’il n’est pas le parent qui s’occupe généralement de cette tâche.” David Diamond explique que “Notre hypothèse est que le parent oublie de s’arrêter à la crèche car déposer l’enfant ne fait pas partie de sa routine.””

Notre théorie de travail est que le parent ne dépose pas son enfant à la crèche puisque cela n’est pas une habitude pour lui, ou que l’individu en question n’est pas le parent. Il est possible que des variables telles que le stress et le manque de sommeil contribuent à ce type de comportement en l’aggravant.

Selon un rapport publié dans Le Parisien et basé sur cette recherche, “le stress provoque l’enchevêtrement de l’hippocampe et du cortex préfrontal, les deux parties du cerveau qui sont responsables de la prise de décision et de la concentration multitâche, et interfère avec mémorisation de nouvelles informations et prise de conscience de l’existence de l’enfant.” [La traduction] “Le stress provoque l’enchevêtrement des deux zones du cerveau responsables de la prise de décision et de la concentration multitâche, ce qui entrave la capacité de mémoriser de nouvelles informations et provoque d’autres problèmes cognitifs.

Selon les conclusions de l’enquête, “les incidents d’abus ne représentent que 13 % de ces occurrences globales”. La plupart du temps, il est lié à un épisode de troubles cognitifs qui fait passer la mémoire quotidienne avant la mémoire prospective en termes d’importance. Le type de mémoire qui nous permet d’exercer une influence sur les événements futurs est appelé mémoire prospective. bizarre, comme quand il faut emprunter un autre chemin pour amener son enfant à la crèche”, développe notamment Maitre Richard sur BFMTV.

Les deux parents ont été amenés au Centre Hospitalier de Pau dans les plus brefs délais, où il a été déterminé qu’ils étaient en état de choc. Ils doivent continuer le traitement car cela serait bénéfique pour leur santé mentale.

error: Content is protected !!